Your browser is not supported. For the best experience, use any of these supported browsers: Chrome, Firefox, Safari, Edge.
Skip to main content
Sign In/Register
Tanti baci da Roma

Music Festival

Tanti baci da Roma Tickets

0 Upcoming Events

We're sorry, but we couldn’t find any events

About Tanti baci da Roma

On the occasion of the festival From Rome with Love, Palazzetto Bru Zane unveiled some of the mysteries of the Prix de Rome competition and of the French composers' ‘pensionnat’ at the Villa Medici in the nineteenth century.

The prix de Rome for music was established in 1803 and used to be the most coveted route to the top in French art education. In fact, the competition not only singled out the elite of the nation, but also provided the winners with subsidies from the state and, unofficially, a career on their return from Italy, including teaching. For this reason, the prix de Rome and the period of residence in Rome were particularly lusted after and envied, sparking intrigue and controversies.

Although the candidates themselves (Berlioz and Debussy, in particular) have extensively told and commented on the stories of the competitive examination, the Roman stays at the Villa Medici are shrouded in mystery, as a sort of legend.

The music written in Italy (the so-called envois de Rome) range from opera and symphony to mélodies and chamber music. While the pieces dispatched to Paris became famous (Debussy's Ariettes oubliées, Gounod's Le Soir, Berlioz's Rob-Roy overture), the Italian origin of most of these is often little-known, thus overlooking the passionate artistic exchanges, the often plethoric output of the compositions and the endless controversies.


Le concours du prix de Rome fut longtemps le sésame le plus convoité de l'enseignement artistique français. Non seulement parce qu'il distinguait l'élite de la Nation, mais aussi parce qu'il assurait des subsides à ses lauréats et – de manière officieuse – l'accompagnement d'une carrière lors du retour d'Italie, soit par l'obtention de postes de professeurs, soit par des commandes de l'état.

Si l'épisode du concours a été richement documenté et abondamment commenté, notamment par les candidats eux-mêmes (en particulier Berlioz et Debussy), le moment du séjour à Rome revêt les allures d'une légende dorée dont on sait encore peu de choses. C'est une partie du mystère de ce pensionnat à la Villa Médicis que le Palazzetto Bru Zane entend dévoiler à l'occasion de son festival de printemps Bons Baisers De Roma.

La musique écrite là-bas – les « Envois de Rome » – couvre un spectre très large allant de l'opéra et de la symphonie à la mélodie et la musique de chambre. Comme l'origine italienne de la plupart des envois n'est souvent pas connue lorsque les œuvres sont entrées dans la postérité – les Ariettes oubliées de Debussy, Le Soir de Gounod, l'Ouverture Rob-Roy de Berlioz, etc. –, peu d'arguments militent en faveur d'un séjour où le farniente semble l'emporter sur le travail. C'est pourtant mal connaître les échanges artistiques passionnés, les productions démesurées et les polémiques sans fin qui en découlèrent...